in

Permis moto : ce que vous devez savoir

Les règles de la circulation s’appliquent à tous les utilisateurs, qu’ils soient à pied ou sur des véhicules motorisés. Les motos ne sont pas en reste, et d’ailleurs, la réglementation de la circulation en moto fait l’objet d’un encadrement spécifique caractérisé par le permis moto.

Les motos, une grande passion très réglementée

Les Français sont des motards passionnés et il y a plus de motards par habitant en France que dans tout autre pays européen, bien qu’il n’y ait qu’un seul fabricant français de motos.

C’est peut-être pour cette raison qu’on n’a généralement pas de préjugés contre les motards, comme les automobilistes le sont dans de nombreux autres pays. Néanmoins, la moto est une pratique dangereuse : plus de 20 % des victimes de la route sont des motocyclistes et, sur la même distance, un motocycliste a 14 fois plus de risques d’avoir un accident qu’un automobiliste (même si l’on peut se demander si cela est dû à dangers intrinsèques de la conduite d’une moto ou à la façon dont la plupart des motocyclistes bafouent le code de la route et n’ont pas de permis moto…).

Certaines règles s’appliquent à toutes les motos (collectivement appelées deux-roues); d’autres ne s’appliquent qu’à certains types de motos. Les limites de vitesse pour toutes les motos sont les mêmes que pour les voitures, même si vous ne le pensez pas. Une assurance responsabilité civile est toujours nécessaire, ainsi qu’une assurance passagère. Toutes les motos doivent également être immatriculées, avoir des plaques d’immatriculation et porter une vignette de nationalité.

Des casques de protection homologués doivent être portés par tous les motocyclistes et passagers. Les motos de plus de 50 cm3 sont autorisées à emprunter les autoroutes (les péages sont moins élevés que pour les voitures, même si le coût d’un long trajet peut encore être considérable). Les feux de croisement doivent être utilisés à tout moment par les conducteurs de motos de plus de 125 cm3.

Lorsque vous garez une moto en ville, verrouillez-le bien et si possible enchaînez-le à un objet inamovible. Redoublez de prudence lorsque vous vous garez dans un lieu public la nuit, en particulier à Paris, où les vols de motos sont monnaie courante.

Le permis cyclomoteur

Dès l’âge de 14 ans, les enfants peuvent conduire un cyclomoteur (diversement connu sous le nom de scooter, motomoteur ou Mobylette, ce dernier étant un nom commercial) avec une cylindrée inférieure à 50 cc capable d’une vitesse maximale de 45 km/h malgré les contorsions des coureurs tentant de tirer un ou deux km/h supplémentaires de leurs machines.

Les cyclomoteurs doivent être immatriculés et les conducteurs sans permis complet doivent passer un test (brevet de sécurité routière/BSR) composé d’une attestation scolaire de sécurité routière / ASSR1, prise à l’école, et cinq heures de formation pratique, quatre heures et dont la moitié doit être sur la voie publique, avec une auto-école (coût d’environ 75 €). Une assurance responsabilité civile est nécessaire, et une plaquette métallique au nom du propriétaire doit être fixée au guidon.

Les cyclomoteurs ne sont pas autorisés sur les autoroutes et les cyclistes doivent emprunter les pistes cyclables, le cas échéant. L’essence à deux temps (mélange deux-temps ) est disponible dans la plupart des stations-service, bien qu’une version électrique du Solex classique (fabriquée pour la dernière fois dans les années 1980, bien que des imitations soient encore construites), connue sous le nom de E-solex , puisse être disponible en le futur proche.

Les cyclomoteurs peuvent être mortels entre de mauvaises mains (la plupart des adolescents ont autant le sens de la route que les hérissons et les lapins) et des centaines sont tués chaque année. Si vous avez un enfant avec un cyclomoteur, il est important de lui faire comprendre la nécessité de faire attention (surtout en hiver) et de ne pas prendre de risques inutiles, par exemple toujours respecter les panneaux de signalisation et signaler avant de faire des manœuvres.

Les permis pour les autres motos

Les jeunes de 16 ans peuvent conduire une moto jusqu’à 125 cm3 (officiellement appelée moto légère), pour laquelle ils ont besoin d’un permis A1. L’épreuve théorique obligatoire, l’ASSR2, peut être passée à l’école. Les jeunes de 18 ans peuvent commencer une “formation progressive” pour un permis moto complet (motocyclette ou moto) (A), bien qu’ils soient limités aux motos de moins de 34 chevaux jusqu’à l’âge de 21 ans.

Si vous n’êtes pas scolarisé, vous pouvez passer une attestation de sécurité routière (ASR), qui remplace l’ASSR1 et 2, auprès d’un organisme de formation pour adultes. Un permis voiture (B) vous autorise à conduire une moto jusqu’à 125 cc, à condition que vous ayez conduit pendant au moins deux ans (bien que vous deviez repasser l’examen théorique si vous êtes titulaire d’un permis depuis plus de cinq ans sans rouler une moto). Cependant, il est recommandé de suivre un cours de conduite avec une moto-école, qui coûte environ 300 €.

À tous les amateurs de motos qui désirent se lancer dans l’acquisition d’une machine, il est obligatoire et primordial de s’en tenir à la loi. Ne négligez pas la possession du permis moto, même si souvent, ce n’est pas contrôlé comme les autres permis.

De plus, pour tout motard averti, il est très important de tenir compte des consignes et réglementations en matière de sécurité sur la route. D’où l’importance d’apprendre le code de la route avant de passer le permis moto.

Où acheter des pièces de motos pas chères ?

Les meilleurs assureurs pour votre moto