in

Top 5 des motos Guzzi

Avec Moto Guzzi célébrant son 101e anniversaire en 2022, ce billet va faire un voyage dans le passé et regarder quelques motos classiques de tous les temps du fabricant italien.

Mais de quelles motos s’agissait-il exactement? Qu’est-ce qu’elles ont de spécial et quels exemples plus récents devriez-vous rechercher aujourd’hui ? Pour vous aider à décider, voici une sélection des cinq meilleures Guzzi classiques et ce qu’elles valent.

Guzzi California 1400

Après certaines des California tout simplement épouvantables proposées dans les années 1990 et les années 2000, l’arrivée d’une toute nouvelle version de la Guzzi California entièrement repensée en 2013 était une grande nouvelle, elle n’a pas déçu non plus. Conçu par Miguel-Angel Galluzzi (il la renommée Ducati Monster) dans son centre de design Piaggio basé en Californie (pratique ça), il se vantait d’un bicylindre 1400cc pratiquement tout nouveau, beaucoup de qualité, de détails et de confort et même de l’électronique, y compris trois modes de conduite. Avec une meilleure maniabilité et plus d’exclusivité qu’une Harley comparable, il reste un croiseur de style américain tentant, c’est juste dommage, alors, il n’est plus en vente.

Guzzi MGS-01

Les plus excentriques seront toujours perplexes quant à la raison pour laquelle Guzzi a construit cela en premier lieu. Une machine inspirée de la piste en édition limitée et ultra-exclusive inspirée des coureurs Battle of the Twins, la MGS-01 développée par Ghezzi & Brian reste à peu près aussi exotique que les Guzzis grâce à son moteur Cosworth de 121 ch, ses bouchons Brembo haut de gamme, Suspension Ohlins et carrosserie en fibre de carbone. Mais c’est aussi à peu près aussi exclusif, de niche et non pertinent que tout ce que cela suggère aussi. Environ 150 ont été construits au total, pour un prix d’environ 10 000 €, avant que les nouveaux propriétaires Piaggio ne mettent fin au projet. Mais la MGS-01 était toujours brillant tant qu’il a duré.

Guzzi V11 Série

Un autre Guzzi qui était presque brillant, mais qui a finalement échoué. L’élégant V11 est devenu le symbole du mandat bref et troublé d’Aprilia sur la marque historique Guzzi et aurait dû en avoir beaucoup. La première incarnation, la V11 Sport en 1999, avait été conçue, encore une fois, comme un hommage moderne mais rétro à l’ancienne V7 Sport de 1971 et avait été développée sous les anciens propriétaires de Guzzi. Le résultat, avec un style de café racer attrayant et un bicylindre de 91 ch/1064 cm3 avec freins Brembo et suspension Marzocchi, était une conduite lourde de caractère, gâchée par une qualité légèrement grossière. Le rachat d’Aprilia en 2000 a ensuite conduit à une série de mises à jour, en particulier en termes de qualité, et à une grande variété de variantes allant des Sport Rosso Mandello et Ohlins de 2000 et Scura caréné en bikini au Le Mans à moitié caréné de 2001 et Le Mans Tenni en daim exquis. À l’époque, bien qu’élégants, de qualité et pleins de caractère, ils n’ont pas réussi à se vendre, mais se sont rapidement avérés des aubaines d’occasion. Maintenant, les prix sont à la hausse pour ce qui peut être l’un des meilleurs Guzzis de la «vieille école» de tous.

Guzzi 1000S

Une moto à la fois hors de son époque et avant elle… on vous explique. Lancée en 1990, la 1000S était en fait l’une des toutes premières rétros, c’était essentiellement la MkV 1000cc Le Mans de l’époque, mais avec un style des années 1970 inspiré des 1974 750S et 1975 750S3, les précurseurs directs de Le Mans originale. Mais même si, avec des yeux modernes, elle avait l’air brillante, la 1000S n’a pas été un succès, étant alors considérée comme une Guzzi à l’ancienne avec un style à l’ancienne – et rien de plus. Aujourd’hui, nous sommes sûrs qu’ils seraient récupérés – encore plus s’ils avaient été conçus comme le Le Mans original, et de bons exemples d’occasion sont en demande. Au lieu de cela, il a fallu près de 20 ans de plus à Guzzi pour commencer à commercialiser avec succès une gamme de motos rétro basés sur ses machines patrimoniales… les V7.

Monza 500/Targa 750

Après le succès de la California et du Mans, mais avec la société perdant toujours de l’argent, au milieu des années 1970, les propriétaires de Guzzi, DeTomaso, ont décidé d’offrir un V-twin petit bloc’ plus abordable, grand public et de capacité moyenne. Les premiers résultats ont été le roadster V50 suivi du “junior Le Mans”, du V50 Monza et du marché italien V35 Imola plus le “junior California”, le Nevada de même puissance. Bien qu’admirés en Europe, ils n’ont pas eu autant de succès qu’espéré, mais le Monza en particulier a gagné un public important loué pour sa maniabilité.

En 1991, cela a été complété par le V75 Targa de 744 cm3 agrandi qui était encore meilleur mais qui a été gâché par le style Le Mans ultérieur et de courte durée.

Autres modèles notoires

On peut aussi noter quelques autres modèles marquants de la marque Guzzi :

Guzzi V7 Sport :

Reconnu comme le « père » du dernier Le Mans, le V7 Sport a été le premier jumeau transversal sportif à succès de Guzzi. Il est issu du roadster V7 703 cm3 de 1967 qui a connu un tel succès que la moto a conduit au V7 spécial 757 cm3 de 1968.

Guzzi Otto V8 Racer :

L’une des motos les plus célèbres de tous les temps. Né au plus fort de la compétition entre les constructeurs italiens dans les courses de 500 GP au milieu des années 1950.

Top 5 des motos BMW

Top 5 des motos Triumph